samedi 13 juin 2015

INES DIARTE (Thierry Gaudin)


Le sang de l’acier / Le vin de l’encre / L’encre des sangs / Le sang des encres / Les crans du réel et le réel des écrans / Se piègent et dévoilent / Dans le métal et la trace / Sa surface et sa charge / La finesse et la justesse / du geste et de la trame / Trame de la vie qui se fige et suspend / Dans l’attente et l’invite


La cuve en sa sagesse fomente / Fumante et fermante / Généreuse elle tente l’indicible / Enfermé sous la surface / Le talent des oiseaux y vient / Se percher sur les effluves et teindre ses plumes et aiguiser ses serres / Et accorder son chant
 
Du sensible aux ardeurs les acides / Donnent corps et essence au visible / A toucher la noirceur / Les gris prennent le la / Des chants profonds / Qui se livrent / Qui nous vivent et nous tiennent / Debout et lucides
Vigilance accrue dans le silence des teintes / Du signe minuscule à l’alarme majeure / De la larme signée aux grandes cuves / La récolte se découvre / Et entrouvre les yeux / Au longs des sentes tracées / À fleur de métal / Au ras des peaux sangs cibles / Aux creux des rides et des vallées / Au gré des souvenances / Quand émerge dans la paume / Des cuvées de confiance / Des couvées en perspective / Des perspectives inéprouvées.
 
Le signe resserré à sa dimension propre / S’étoile de désirs / Qu’il se nomme ou se taise / Dans le silence diurne ou le repos nocturne / La distance s’inscrit en respect du réel / Et discute à la nuit / Sa profonde sagesse / Enfermer en un geste / Et la véloce intuition / L’humaine trace
Redonner aux contours la première valeur / La vendange titanesque / Dissimulée au cœur des songes / Et des rêves endogènes / La taille des sillons & des sillages et des touches & des empreintes / Va sur un sentier de vaillance et de ténacité / De lucide labeur de labiles textures / Tant est qu’il est de dire / Temps est à dire en phase / Et le terme et la faim / Et la virulence et le savoir / Au dedans des âmes fières / Au dessus des verbes formes / Tracer des galaxies et des veines intimes / Les ans tressent des ramages et des voies / Des voix aux tons si sures qu’elles peuvent

Attendre / Un signe / Un baiser / Un geste / Une parole / Un cri / Un mot / Un soupir


La plaque sur l’avers ou le revers verse / A l’humaine condition / Sa dime et sa contribution / Son portrait et son dû

Aucun commentaire:

Publier un commentaire